Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Crucifères contre bioagresseurs : un potentiel à utiliser

Christian Gloria
11 mai 2018

Parmi les espèces de cultures intermédiaires, les crucifères se remarquent par l’émission de composés qui agissent contre des organismes du sol, dont certains parasites. État des lieux des études et des utilisations.

C. Gloria
Des essais de couverts végétaux sur différents type de gestion du sol sont en cours pour mesurer les effets sur les infestations d'adventices (ici au lycée agricole d'Auzeville en Haute-Garonne).

Ils sont mal aimés ou ils sont désirés. Les glucosinolates sont des molécules spécifiques des plantes de la famille des crucifères. Ils sont indésirables dans les graines de colza car ils déprécient la qualité nutritionnelle du tourteau. Mais dans les crucifères utilisées comme couvert d’interculture, ils sont recherchés pour leurs effets potentiels sur certains bioagresseurs. Ces plantes agissent soit laissées sur pied, et c'est leurs effets allélopathiques qui jouent, soit broyées et incorporées au sol (biofumigation).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité