Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

« Dans les situations à faibles potentiels, les associations trouvent de l’intérêt »

Propos recueillis par Valérie Noël
20 déc 2017

Maître de conférence en agronomie à l’Ensfea(1), Laurent Bedoussac s'intéresse depuis plus de dix ans aux associations d’espèces, en particulier céréales protéagineux. Il travaille aujourd’hui sur le projet européen Remix, qui vise à concevoir des systèmes de production plus agroécologiques en intégrant les associations. Et il nous donne son point de vue sur l'intérêt des associations en grandes cultures.

ENSFEA
Laurent Bedoussac, à l'Ensfea. "Peut-être cela vaut-il le coup de laisser 10 à 15 % de grains au champ pour ne pas avoir de grains cassés et trier facilement la récolte ?"

Quelles sont les situations où les associations céréales-protéagineux ont aujourd’hui un intérêt commercial en conventionnel ?

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité