Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Des liens à recréer en urgence

Propos recueillis par Valérie Noël
14 mar 2018

Comment faire revenir la confiance entre les cultivateurs et le reste de la société ? Regards croisés de Serge Michels, patron de l’agence de communication Protéines, et de Jean-Pierre Beaudoin, conseiller stratégique chez Burson-Marsteller, deux fins connaisseurs des enjeux du monde des grandes cultures.

H. Garnier
Les céréaliers sont mal compris du reste de la société.
Les céréaliers sont-ils selon vous perçus comme différents des autres agriculteurs ?

Serge Michels - L’an dernier, nous avons fait des ateliers de réflexion avec plus d’une centaine de citoyens pour les faire réfléchir sur l’agriculture.  Et ce qui m’a frappé, c’est qu’ils nous parlaient des agriculteurs… et des céréaliers. Pour eux, un céréalier n’est pas un agriculteur, c’est un business man. Il faut prendre conscience de cela.  Nous sommes dans la logique du « small is beautiful ».

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité