Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
EGalim

Des précisions sur l’application du projet de loi sur la contractualisation

Rodolphe de Ceglie
19 mar 2018

« Nous travaillons sur une base de prix mondial, donc on ne voit pas comment partir d’un coût de revient pour contractualiser », s’est exprimé Rémi Haquin le 14 mars lors du conseil spécialisé Céréales qu’il préside, faisant référence au projet de loi sur "l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable". « Il y a une obligation pour tout contrat écrit de prévoir une formule de constitution du prix qui intègre, le coût de production, évolution de ces coûts et/ou le marché cible en aval », a expliqué Ludovic Pâris de FranceAgriMer.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité