Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Des prix qui ne rémunèrent pas les coûts de production

V. N.
18 sep 2017

Si les volumes sont là, contrairement à la récolte 2016, les prix ne suivent pas, pénalisant le revenu des agriculteurs.

JC Gutner
Selon l'AGPB, le revenu moyen d'un céréalier en 2017 serait de 2000 euros seulement.

« La vraie problématique, c’est la baisse des prix », a expliqué Philippe Pinta, président de l’AGPB (producteurs de blé), le 29 août en conférence de presse à Paris. Pour le syndicat, la récolte 2017 ne va pas permettre d’oublier 2016. L’AGPB prévoit un prix moyen payé aux agriculteurs aux alentours de 130 euros la tonne, soit 20 % de moins que les 162 euros/tonne de la moyenne sur dix ans. Or le syndicat estime entre 190 et 200 euros le prix de revient d’une tonne de blé (rémunération de l’agriculteur incluse) produite en 2017. À l’APCA, Thierry Pouch estime qu’« avec des rendements moyens de 70 q/ha, il manque 30 à 35 euros la tonne pour couvrir les coûts de production ». D'un côté comme de l'autre, le compte n'y est pas.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité