Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Etats généraux de l'alimentation : comment aller chercher la valeur ajoutée en filière

Valérie Noël
21 déc 2017
S. Leitenberger ; V. Marmuse ; J.-C. Gutner ; Fop
Les filières agricoles ont déjà eu à produire des « plans ». C’était en 2014, sous Stéphane Le Foll, mais le travail avait été conduit non pas par les interprofessions, mais via FranceAgriMer.

Missionnées par le président de la République lui-même, les filières agricoles avaient jusqu’aux 10 décembre pour rendre leur « contrat de filière ». Le 11 octobre à Rungis, dans son discours sur les États généraux de l’alimentation, Emmanuel Macron a présenté ses attentes : des indicateurs de marché, une « contractualisation rénovée » avec des contrats types tenant mieux compte des coûts de production, mais aussi des objectifs chiffrés à cinq ans dans l’idée de mieux répondre aux attentes du consommateur (bio, traçabilité, baisse des intrants…). Au-delà d'apporter une réponse à une demande présidentielle, ces plans ont l'intérêt de questionner les stratégies collectives à mettre en œuvre pour augmenter la production de valeur ajoutée et mieux la répartir entre l’amont et l’aval.

Moins en souffrance que le secteur de l’élevage, historiquement mieux organisé, le monde des grandes cultures pourrait paraître exonéré de cette réflexion. Mais il n’en est rien : la concurrence internationale est forte, les produits finis génèrent en eux-mêmes une valeur limitée, les interrogations des consommateurs sur les modes de production sont nombreuses. Focus sur trois filières, les oléoprotéagineux, les pommes de terre et la betterave, au travers de trois "hommes forts", tous agriculteurs, impliqués de près dans l’interprofession et la vie économique de leur secteur. À l'inverse de la vaste filière "céréales", elles sont soit plus intégrées soit plus recentrées et plus à même d'établir une stratégie globale. Le point sur la capacité de ces trois secteurs à avancer collectivement, sur leurs forces et leurs faiblesses.

Au sommaire de ce dossier

Les biocarburants de première génération n’ont plus...
21 décembre 2017
Depuis le 1er octobre, la filière betterave à sucre...
21 décembre 2017
Publicité