Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Oiseaux : comment leur clouer le bec

Christian Gloria
21 fév 2018
P. Guéret/Fotolia

Les retours de terrain sont indéniables : les oiseaux se rendent responsables de plus en plus de dégâts depuis une dizaine d’années. Cela concerne principalement les cultures de printemps (maïs, tournesol, pois…) et les auteurs des méfaits sont les pigeons et les corvidés. Les instituts Terres Inovia et Arvalis ont mené des enquêtes déclaratives qui ont mis en lumière l’importance des déprédations sur maïs et tournesol, faisant des oiseaux des bioagresseurs majeurs. Mais l’écologie de ces pigeons et corvidés est mal connue et nécessite des recherches pour aboutir à des réponses les plus pertinentes possible face aux déprédations.

Des agriculteurs ont été amenés à abandonner le tournesol à cause des volatiles. D’autres producteurs continuent à le cultiver car l'oléagineux apparaît indispensable à un bon équilibre des cultures dans la rotation. Mais comme en témoignent des agriculteurs vendéens, la surveillance des parcelles vis-à-vis des oiseaux nécessite d’y consacrer beaucoup de temps.

Diverses méthodes de lutte existent : des actions sur les conditions de semis et la levée des cultures, des équipements visuels ou sonores pour faire fuir les volatiles, voire des actions de tirs ou de piégeage. Il n’existe pas de formule miracle. Le mieux est de combiner les différents modes de lutte pour réduire au minimum les risques de dégâts.

Au sommaire de ce dossier

À Saint-Martin-de-Fraigneau, Marc-Antoine et...
06 février 2018
L’année 2017 a été tranquille comparée à 2016...
05 février 2018
Cerfs-volants, ballons, drapeaux, bandes...
12 février 2018
A l'origine de nombreux dégâts dans les...
08 février 2018
Publicité