Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

États généraux : les premiers transformateurs sont soucieux

Xavier Olry
10 oct 2017

Tirant le bilan des ateliers, l’Ipta a rappelé ses priorités : rendre la première transformation compétitive. Coop de France s’en tient à la création de valeur.

Bruno Hot, pour l’association des industriels de la première transformation agricole (Ipta), souligne son approche spécifique à l’Ania. Dans les débats des EGalim, l’Ipta se trouve en première ligne sur la rémunération des agriculteurs, à l’atelier 5. « Le sentiment est partagé que les producteurs ne sont pas assez rémunérés, mais je regrette que la nécessite de retrouver une filière compétitive ait été perdue de vue. Le fond de la discussion a été sur la contractualisation, et le regroupement de l’offre, pour des positions plus équilibrées », note-t-il.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité