Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Œufs

La bascule vers le sans cage

Yanne Boloh
02 mai 2017

De l’annonce de Monoprix en 2013 à celle d’Auchan au printemps 2017, c’est bien toute la distribution française qui ne vendra que des œufs alternatifs en 2020. En 2016, pour la première fois, les ménages ont consommé plus d’œufs de ce type que d’œufs issus de poules élevées en cage. Et le mouvement s’accélère.

Selon la Commission européenne, 44 % des poules pondeuses européennes étaient élevées dans des systèmes alternatifs en 2015 contre 65 % en 2010. Mouvement de fond, ce basculement s’accélère dans l’UE comme dans l’Hexagone. En France, en 2015, 31 % des poules étaient déjà élevées en système alternatif (15,1 millions de pondeuses). Les pondeuses en cage représentaient 68 % des effectifs, les poules au sol (code 2) étaient à 2 %. Toutes les autres poules étaient élevées en dehors d’un bâtiment : 13 % de “plein air”, 8 % de “bio”, 5 % de “Label rouge”. Entre 2014 et 2015, les effectifs des animaux élevés en plein air avaient gagné un point. Le basculement s’est nettement accéléré en 2016 : les œufs vendus sous Label rouge ont progressé en un an de 5,3 %, les “bio” de 5,4 %.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité