Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

La durabilité des filières céréalières passe par la contractualisation

Karine Floquet
28 nov 2017

La contractualisation pluriannuelle, avec un prix basé sur les coûts de production et des contraintes environnementales compensées par des primes, est la clé de la réussite.

« Ce n’est pas au consommateur de tout décider, car il n’en a pas les compétences, a déclaré Ludovic Brindejonc, directeur général d’Agri-Éthique, lors d’une conférence des JTIC 2017, le 8 novembre à Paris. Il faut vulgariser nos démarches et guider son achat. L’étiquetage doit, demain, orienter le consommateur vers des produits plus vertueux. » Le secteur agri-agro doit ainsi « changer de posture » et passer d’un mode défensif – « de celui qui doit se justifier » – à un mode offensif, renchérit Jean-Paul Bordes, directeur R&D d’Arvalis. « L’agriculture française doit avoir un projet ambitieux dont l’objectif est de retrouver la confiance du consommateur et renouer avec la culture du résultat. »

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité