Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Lapin (HAUSSE)

La hausse saisonnière ne permet pas à la filière de compenser les pertes

Laure-Anne Lefebvre, Laure-Anne Lefebvre
20 déc 2016

La filière cunicole française peine à sortir la tête de l’eau. Malgré la hausse saisonnière des tarifs, les trésoreries restent dans le rouge. Pour l’abattage découpe, à des prix de la viande toujours sous pression dans l’Hexagone s’ajoutent des exportations en perte de vitesse et la forte dégradation du marché des peaux. Autrefois valorisées à l’export, les peaux de lapins peinent à se vendre à un prix qui couvre les frais d’envois et sont pour la majorité détruites, devenant une charge pour les opérateurs.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité