Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Daniel Coignard, agriculteur à Iffendic en Ille-et-Vilaine

Le biocontrôle remet le soufre au goût du jour

Christian Gloria, C. G.
18 déc 2017

Des essais dédiés aux produits de biocontrôle contre les maladies des céréales ont mis en lumière l’intérêt du soufre contre la septoriose, associé à un fongicide à dose réduite.

V. Marmuse
Les conditions sèches de l'année 2011 ont favorisé le développement de l'oïdium sur certaines variétés de blé.
C. Gloria
Daniel Coignard, agriculteur à Iffendic en Ille-et-Vilaine

Les vieilles recettes ont toujours du bon. Pour les céréales, on croyait le soufre tombé dans les oubliettes. Mais des essais dans le cadre du Réseau d’excellence expérimental R2E(1) avec Arvalis aux manettes ont permis de refaire la lumière sur le soufre et son intérêt dans la lutte contre les maladies foliaires. En 2016, quelques produits de biocontrôle ont été testés en association avec une demi-dose de fongicide (Cherokee à 0,67 l/ha) sur leurs efficacités sur septoriose. « Il est apparu que les deux produits à base de soufre utilisés, Héliosoufre et Actiol, apportaient un surplus d’efficacité significatif associé à un gain de rendement. L’ajout de soufre complète bien Cherokee à demi-dose. C’est une piste intéressante », signifiait Claude Maumené fin 2016.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité