Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Bio : le casse-tête des silos de collecte

Valérie Noël
28 juin 2017

Développer le bio implique de diversifier ses cultures. Or stocker de petits volumes de nombreuses espèces complique la vie des organismes stockeurs. 

L. Guilemin
La marchandise tourne beaucoup moins vite dans un silo bio que dans un silo conventionnel.

L’équation est simple : Axéreal Bio collecte 35 espèces sur 25 départements et va disposer cette année de 6 silos… contre 250 pour le conventionnel. Le rayon de collecte est de l’ordre de la centaine de kilomètres. C'est coûteux, d’autant plus que « la marchandise tourne moins dans les silos bio : en conventionnel, un silo de 1000 tonnes verra passer au minimum 2000 tonnes sur une campagne et aura un ratio minimum de 2, mais en bio, il est plutôt d’1,2 », analyse Gilles Renart, Axéréal Bio. Pour améliorer ses performances à coût réduit, la société mise sur le stockage à la ferme mais aussi le partenariat et les prestations de service.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité