Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Blé tendre

Le rapport de l’USDA plombe les cours du blé tendre

Karine Floquet et Xavier Olry
17 oct 2017

Les prix du blé tendre sur le marché physique ont reculé entre le 5 et le 12 octobre, dans le sillage des marchés à terme européen et états-unien. Le rapport de l’USDA, paru le 12 octobre, a révisé à la hausse la production mondiale de blé 2017/2018 à 751,2 Mt (744,8 Mt en septembre, contre 754,1 Mt en 2016/2017). Cette augmentation de la récolte a plus que compensé la réévaluation des stocks mondiaux de fin de campagne à 268,1 Mt contre 263,1 Mt en octobre (256,6 Mt en 2016/2017). En France, selon Agreste, la production de blé tendre est estimée en octobre à 37,9 Mt en très légère hausse par rapport à l’estimation de septembre (37,8 Mt). Elle augmenterait de près de 38 % par rapport à la récolte historiquement faible de 2016 et de 6,5 % par rapport à la moyenne 2012-2016. La récolte 2017 de blé tendre est la troisième plus élevée après 2015 (40,8 Mt) et se rapproche de celle de 1998 (38,2 Mt). Concernant la récolte 2018, les semis de blé tendre ont évolué de 8 % à 20 % sur la semaine 40 (contre 21 % en 2016), selon Céré’Obs. Le stade "levée" est passé de 1 % à 6 % (contre 2 % en 2016). En Centre Bretagne, des affaires se traitent de-ci, de-là, à destination des fabricants d’aliments pour animaux de la région. Sur la façade Atlantique, on note un peu de rétention en culture, sur un marché pas trop demandeur. Dans le Sud-Ouest, le marché est resté figé dans la perspective de la parution jeudi du rapport de l’USDA sur l’offre et la demande mondiale. En Occitanie, des opérations commerciales s’opèrent sur la longueur, à destination de la nutrition animale. Dans le Sud-Est, c’est le calme plat.

Publicité