Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

L’Égypte souhaite (re)diversifier ses importations de blé tendre

K.Cler
12 mar 2018

Le blé tendre russe représente 75% des achats du Gasc depuis le début de la campagne 2017/2018, une situation inconfortable pour le deuxième importateur mondial.

Reussir/Pixabay
L'Egypte souhaite pouvoir s'approvisionner en blé ailleurs qu'en Russie.

« Depuis septembre 2017, on assiste à un monologue russo-russe sur le marché public égyptien du blé tendre », alerte Roland Guiragossian, expert de France Export Céréales. Depuis le début de la campagne 2017/2018, environ trois quarts des achats de blé tendre du Gasc (autorité générale pour l’approvisionnement en matières premières) proviennent de Russie, une situation indésirable pour les autorités égyptiennes. « L’Égypte souhaite le retour des Français, des Ukrainiens… pour ne pas dépendre d’une seule origine. »

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité