Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Les contributions sur céréales décryptées

L. D.
01 mai 2017

Les contributions volontaires obligatoires (CVO) diverses et autres taxes payées à chaque livraison de céréales viennent souvent amoindrir le prix de vente de la marchandise. Si leurs montants sont bien définis, leurs finalités sont souvent mal connues. Décodage des raisons d'être de tous ces petits montants.

En se penchant sur la facture de céréales livrées cet été, l'agriculteur peut constater que quelques lignes viennent réduire le prix de vente. Leur nombre peut varier d'une espèce à l'autre mais sur les céréales à paille il y a trois montants : la contribution volontaire obligatoire (CVO) Gnis (interprofession de la semence) destinée à rémunérer la recherche variétale, celle versée à Intercéréales (interprofession des céréales) et la taxe FranceAgriMer, encore notée OniGC sur certaines factures. Ces contributions volontaires sont devenues obligatoires en 2004, suite à la décision de l'État de supprimer les taxes parafiscales.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité