Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Les coops obligées de se réinventer

Valérie Noël
12 jan 2018

Concurrence accrue à l’export, numérique… Les coopératives céréalières se voient contraintes de repenser leurs modèles de développement. Plus que jamais, elles doivent mettre au premier plan les besoins de leurs clients, adhérents ou acheteurs.

J.-C. Gutner/archives
Même à l'export, les coopératives doivent plus que jamais miser sur des débouchés à haute valeur ajoutée.
J.-C. Gutner/archives
Une loi votée au premier trimestre 2018, puis des ordonnances, devraient encadrer la séparation du conseil et de la vente d'intrants.
Maryline Filippi, chercheuse à l'Inra

Il faut trouver beaucoup plus de valeur sur le grain. Le business modèle des OS va complètement bouger dans les trois à cinq ans. » Cette analyse de Jean-François Loiseau, président d’Axéréal, est largement partagée. Le monde agricole change comme jamais… Et les coops doivent s’adapter. « Elles sont à un croisement et se doivent de réfléchir à leur business modèle, face à une conjonction d’éléments en pleine évolution », confirme Céline Ansart, responsable des études économiques et stratégiques chez Unigrains. La mauvaise récolte 2016 (voir encadré) et l’effondrement des débouchés export ont probablement forcé la prise de conscience.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité