Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Céréales

Les cultures françaises cicatrisent, mais des plaies restent ouvertes

Kévin Cler, Rodolphe de Ceglie
13 juin 2017

Les opérateurs contactés confirment dans l’ensemble l’effet bénéfique des récentes pluies sur les plantes, mais déplorent des pertes, dans le nord-est du pays notamment.

Le gel tardif et le manque d’eau faisaient craindre un nouveau cataclysme sur les rendements des céréales françaises 2017. Après les précipitations survenues sur mai-début juin, les OS sont pour la plupart soulagés. Les opérateurs contactés estiment dans l’ensemble que, pour le moment, les volumes devraient être conformes aux moyennes quinquennales historiques en blé tendre et en blé dur, avec une certaine hétérogénéité selon les secteurs. Les résultats pourraient être moins bons en orges d’hiver, spécialement dans le nord-est du pays et, plus généralement, là où les sols superficiels dominent, affectés par le manque d’eau. Les fonds de vallée ont, de leur côté, souffert des basses températures. L’état phytosanitaire des parcelles serait bon.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité