Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Biodiesel

Les représentants de la filière française pessimistes

Kévin Cler
17 oct 2017

Les principaux syndicats de la filière biodiesel hexagonale et le groupe Avril ont précisé leurs positions sur le biocarburant argentin et l'impact de son arrivée dans l’UE.

Le 6 octobre 2017, le groupe Avril annonçait un projet de réduction de ses activités de trituration et d’estérification de colza, gérées par sa filiale industrielle Saipol, conséquence de la concurrence du biodiesel argentin à venir. La consommation de graines du 1er triturateur français est projetée en recul de 1 Mt entre 2017 et 2018, à 2,5 Mt, et sa production de biodiesel passerait de 1,3 Mt à 0,7 Mt sur la même période.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité