Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
EN CHIFFRES

Luzerne : une culture de l’échange local

Christian Gloria, C. G.
14 jan 2018

Cyrille Cochereau cultive de la luzerne pour assainir et améliorer ses sols dans les Deux-Sèvres. La légumineuse est vendue à des éleveurs qui ne peuvent la cultiver chez eux, à l’exemple d’Hervé Marollaud.

C. Gloria
Cyrille Cochereau, agriculteur à Pas-de-Jeu."J'ai cultivé la luzerne pour, au début, nettoyer mes champs de certaines adventices. Je la livre mise en bottes à des éleveurs."
C. Gloria
Cyrille Cochereau, agriculteur à Pas-de-Jeu."J'ai cultivé la luzerne pour, au début, nettoyer mes champs de certaines adventices. Je la livre mise en bottes à des éleveurs."
C. Gloria
Hervé Marollaud, éleveur à La Forêt-sur-Sèvres."Je me procure de la luzerne auprès de quatre ou cinq agriculteurs capable de produire de la qualité."
C. Gloria
La luzerne exprime bien tout son potentiel sur les sols caillouteux des Deux-Sèvres.
C. Gloria
Un bon foin de luzerne se caractérise par sa couleur verte, ses feuilles conservées sur les tiges, sa souplesse...
C. Gloria
La luzerne apporte les tiges pour la rumination et des protéines.

De la luzerne pour régler les infestations d’adventices dans les colzas. Agriculteur au nord des Deux-Sèvres à Pas-de-Jeu, Cyrille Cochereau ne voyait plus d’autres moyens pour contrôler les géraniums et autres orobanches devenus ingérables dans ses colzas dont la production devenait nettement déficitaire. Il y est parvenu grâce à l’implantation de luzerne mais encore fallait-il lui trouver un débouché rémunérateur. « Je savais que cette production se vendait bien quand je me suis lancé il y a huit ans, explique l’agriculteur. De par mes activités de pressage de paille et de vente, j’ai trouvé dans ma clientèle, des éleveurs laitiers intéressés par ma production. » Cyrille Cochereau a pu faire d’une pierre deux coups mais rien n’est jamais acquis.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité