Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
UFS/Congrès du maïs

Maïs : possible baisse des surfaces françaises de 5% en 2018

Kévin Cler
30 nov 2017

Une potentielle hausse des semis d’autres grandes cultures en 2017 et le bas niveau des prix pourraient engendrer un nouveau retrait des emblavements de maïs, d’après l’UFS

Patrick Cronenberger
Le contexte économique actuel sur le marché du maïs n'est guère favorable à une hausse des surfaces.
Source : UFS
La France reste le premier producteur de maïs dans l'UE, avec 45% de parts de marché pour 2017/2018, malgré la baisse des surfaces.
C’est le pessimisme qui dominait l’intervention de l’UFS (Union française des semenciers) lors du congrès du maïs à Toulouse les 22 et 23 novembre, quant aux projections d’emblavements hexagonaux 2018. « Toute hausse de surfaces semées en blé ou en colza engendre une moindre place pour le maïs dans l’assolement national. […] Il se pourrait qu’on observe une baisse des semis de maïs grain de l’ordre de 5 % entre 2017 et 2018 », craint Pierre Frantz, président de la commission marché chez l’UFS et directeur général de KWS France, en marge de l’événement. Même si, pour le moment, « nous n’avons pas constaté de retard dans les achats des céréaliers de semences par rapport à l’an dernier à pareille époque », tempère ce dernier.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité