Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Minimiser les charges opérationnelles grâce à la précision

V. N.
27 nov 2017

Sur sa ferme aux potentiels limités, David Vincent compte sur la modulation pour réduire encore davantage ses charges. L’année 2016 était déficitaire, 2017 ne sera peut-être pas bien meilleure. En attendant de pouvoir réinvestir, il s’appuie sur ses calculs et ses outils.

V. Noël
Les cartes de rendement que David Vincent récupère sur sa moiss’batt’ sont au cœur de sa stratégie de réduction des intrants.

Ses terres sont hétérogènes, David Vincent le sait bien. Mais en 2017, les différences sont plus marquées que jamais. « Nous avons eu une année atypique, avec du temps sec à l’automne et en hiver, de la sécheresse en mai et juin, et quelques pluies en juillet. En bonnes terres, je n’ai pas eu de souci. Mais les rendements ont suivi les potentiels et j’ai fait des résultats décourageants dans les petites terres. » En blé dur par exemple, principale culture de l’exploitation, la moyenne de 43 q/ha cache une large fourchette de rendements comprise entre 36 et 52 q/ha.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité