Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter
Mer Noire

Moins de grains punaisés, mais un stockage intérieur à parfaire

Kévin Cler
16 avr 2018

Plus de la moitié des silos ou capacités de stockages russes et ukrainiens ne répondent pas aux normes qualitatives locales. Malgré tout, le taux de grains punaisés recule.

Le problème des grains punaisés constitue une des principales critiques des importateurs internationaux faites aux origines russes et ukrainiennes, et va jusqu’à fermer les portes de certains marchés (Algérie notamment). Une des causes : la vétusté des conditions de stockage. Néanmoins, bien que des progrès restent à faire, ce souci perd de son ampleur sur les dix dernières années. Le graphique illustre bien la baisse du taux de grains punaisés dans les deux pays, avec un avantage pour la Russie. « Les agriculteurs ont une meilleure maîtrise technique et font de réels progrès dans les opérations de triage et de stockage », justifie Yannick Carel, chargé d’étude chez Arvalis.

 

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité