Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Oser faire des essais chez soi grâce à l'appui d'un conseiller

Valérie Noël
07 juin 2018

Passé aux TCS voici trois ans, Jean-Luc Mépiel n’hésite pas à tester des techniques d’implantation ou de destruction de couverts sur sa ferme, de même que les mélanges d’espèces. Mais il le fait avec le soutien d’Annabelle Revel-Mouroz, la conseillère qui anime la Cuma dont il fait partie.

V. Noël
L'accompagnement fourni par la conseillère Annabelle Revel-Mouroz sécurise Jean-Luc Mépiel dans ses expérimentations.

À Oberschaeffolsheim, une commune de 4 000 habitants toute proche de Strasbourg, Jean-Luc Mépiel passe pour un original auprès de ses voisins agriculteurs. Exploitant sur 60 hectares, cet ex-champion des concours de labour est passé aux TCS voici trois ans. Ce changement, l’agriculteur de 53 ans y réfléchissait depuis un moment. Sauf qu’avec ses petites surfaces, il pouvait difficilement investir dans le matériel adéquat. Le déclic est venu avec le remembrement, qui lui a permis de regrouper en une vingtaine d’îlots ses 54 parcelles, mais aussi avec le lancement de la Cuma de la Plaine, dont il fait partie. « Elle s’est montée en 2014 dans le cadre du projet Life + Alister (voir encadré), explique-t-il.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité