Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Ouvrir un gîte pour valoriser du patrimoine familial

Valérie Noël
14 fév 2018

Épaulé par sa famille, Éric Merveillie a transformé le siège de l’exploitation familiale en un gîte rural de 133 m2. Une façon de conserver ce patrimoine auquel il tient, de le mettre en valeur et d’assurer une petite diversification de ses revenus.

V. Noël
Éric Merveillie valorise en gîte le siège de l'exploitation où vivait auparavant ses parents.
DR
Le gîte de l'église compte 133 m2 et un grand jardin clos avec terrasse.
V. Noël
Au quotidien, le gîte prend assez peu de temps aux Merveillie, hormis en ce qui concerne le ménage, assurée essentiellement par Christine et sa fille Anaïs.
DR
Chez les Merveillie, le gîte est une affaire familiale, qui implique enfants et grand-père.

Fort de ses 50 ans, Éric Merveillie est pourtant encore ce que l’on peut appeler un jeune agriculteur. « Je ne travaille à plein temps sur l’exploitation que depuis 2013 ! », explique-t-il. Technico-commercial puis responsable de secteur au sein de la coopérative Cap Seine, il s’est certes installé en 2003 sur les 120 hectares de la ferme familiale de L’Hosmes, dans l’Eure, mais à temps partiel seulement. Après s’être agrandi de 80 hectares en 2010, le double-actif saute le pas du plein temps sur la ferme trois ans plus tard… Non sans quelques appréhensions. « J’avais peur de m’ennuyer sur la ferme », se remémore-t-il. C’est dans ce contexte que naît le projet d’ouvrir un gîte, une idée portée également par des événements personnels.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité