Publicité
E-mailPrintFacebookTwitter

Vente et conseil en phytos : le gouvernement veut une séparation « capitalistique »

V. N.
21 fév 2018

Le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation ne laisse pas de place au doute : il y aura une séparation du conseil et de la vente de phytos. Reste à savoir quelle en sera la mise en œuvre.

S. Leitenberger/Archive
Le projet de loi EGA prévoit de rendre incompatible les métiers de la vente et du conseil pour les phytos.

Le gouvernement est très clair sur le dossier des phytos, il veut « garantir la séparation capitalistique des activités de conseil et de vente ». C’est écrit noir sur blanc dans le « plan d’actions sur les phytos et une agriculture moins dépendante aux pesticides » proposé le 19 janvier par les ministres de la Transition écologique, de la Santé, de l’Agriculture et de la Recherche. Et le principe est confirmé dans le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation (EGA), présenté en conseil des ministres le 31 janvier : il stipule en particulier que les activités de conseil seront incompatibles avec la vente de phytos.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés
Publicité